Cartes postales, suite

On m’a demandé si la petite image qui illustrait le précédent billet (avec le lac et les mouettes) était une vraie carte postale ou si c’était une photo que j’avais prise moi-même. Cette question m’a donné l’envie de vous faire partager quelques-unes de mes photos de Savoie les moins loupées ^^.

Les quatre premières ont été prises à Annecy, les trois autres à Aix.

aixphoto4 aixphoto5 aixphoto3 aixphoto6

aixphoto7 aixphoto2 aixphoto1

Notre brave Dédé

J’ai fait un rêve assez étrange l’autre nuit : J’étais en compagnie de mes potes de beuveries, on rigolait bien, quand soudain, l’idée d’un gag à la con pour une de mes BD me tombe sur le coin de la tronche. Etant conscient que je suis en plein rêve, je me répète en boucle cette idée qui, dans le rêve, me semble géniale.
Je me réveille et, ô miracle, je me souviens de l’idée que j’ai eue dans mon rêve ! Je la note vite sur un bout de papier et je file au boulot. En rentrant le soir, je relis ce brouillon et me rend compte que si l’idée a réussie à survivre entre le rêve et mon crayon, la chute elle, a moins bien supportée la transition ^^.
Vous l’aurez compris, c’est cette idée, mise sur papier très très rapidement, que je vous propose aujourd’hui sur ce blog. Bonne lecture, et méfiez-vous de vos propres rêves.

dede

Saint Valentin

En ce jour dédié à tous les amoureux et surtout aux fleuristes, parfumeurs, bijoutiers et autres restaurateurs, je vous propose un nouvel épisode de « A day at Moyenmoutier ». Que les plus impatients cliquent sur le lien ci-dessus, et que ceux qui veulent en savoir plus cliquent sur « suite ».
Je viens donc de sortir de ma trop longue période de « j’ai pas le courage de dessiner ». L’idée de cette BD m’est tombée sur le coin de la tronche il y a quelques jours au boulot, après avoir traversé la galerie marchande du Cora du coin. En un quart d’heure, les textes et le brouillon de la BD étaient terminés et pour une fois, je devais me bouger le cul pour le dessin et le coloriage car il fallait que la BD soit prête pour le 14 février (de cette année de préférence). J’ai donc pris la décision de « torcher » les décors, ce qui explique l’utilisation d’un seul ton et juste l’ébauche de quelques éléments de décors. Au final, l’idée me plaît assez et je pense aller vers une épuration progressive du graphisme en général (j’aime bien le fond de l’avant-dernière case, premier jet totalement improvisé à la main sous photoshop qui donne un côté brouillon mais peut être plus dynamique). J’ai également changé de stylo en optant pour un trait plus fin (stylo de merde qui se barre au gommage d’ailleurs…).

Tiens un truc marrant pour finir. La ville de Saint-Claude dans le Jura est réputée pour son artisanat local : la fabrication de pipes de bruyère. Or, la Saint Claude est célébrée le 15 février. En extrapolant un tout petit peu, on peut dire que la fête des amoureux est directement suivie par la fête des pipes. Logique non ?

adam_jour_02

#FF0000

Histoire de rompre le trop grand manque de mises à jour de ce blog, je vous offre aujourd’hui une petite création abstraite (bah ouais ça m’arrive, ne ricanez pas !) que j’ai baptisée « #FF0000 », en hommage à la couleur dominante et à son origine numérique.

ff0000

Foie gras, saumon, champagne… et gueules de bois

Un grand merci à tous ceux qui ont osé (et osent encore) s’aventurer sur ce blog : cette carte de voeux leur est dédiée. La fin d’année n’ayant pas été de tout repos, j’avais envie d’une image apaisante et simple, d’où cette carte un peu dépouillée qui rend hommage à celle qui manque tant en ce moment : la neige.
Sur ce, buvez bien, éclatez-vous et encore une fois : joyeuses fêtes !

noeljyp2007

Gastéropotes

Tout d’abord, désolé pour cette longue absence de nouvelles créations sur ce blog mais je suis en pleine période de « j’ai envie de rien foutre », une maladie chronique dont je souffre depuis la naissance. Pour me faire pardonner, je vous offre un strip exclusif de Shlorg (en couleur !), dessiné en duo avec Flock (le dessinateur de Clubic.com et de Jeuxvideo.fr, dont je vous invite à visiter le blog à cette adresse : http://www.dessincretin.com).

shlorgtampon

Le point de vue

Le nouvel épisode de ma BD « A Day At Moyenmoutier » est tout juste fini. Pas besoin de blabla inutiles aujourd’hui, je crois que la planche parle d’elle-même. Bonne lecture ! 🙂

adam_jour_01

A Day At Moyenmoutier

Il est tard, chaque pixel de mon moniteur semble me percer l’oeil par sa lumière… normal, je viens de passer une bonne partie de la nuit à finir le premier épisode de ma nouvelle BD. La bête est donc là et il ne vous reste plus qu’à cliquer sur « lire la suite » pour découvrir la première planche et le bla-bla qui va avec.

Tout d’abord, désolé pour le suspens à deux balles sur le titre (qui n’en valait pas la peine) et sur la quasi-désinformation par rapport à l’extrait montré dans un précédent billet, mais je préferais préserver l’effet de surprise pour les nouvelles techniques employées ici. Car même si cette série de BD me permet de raconter des histoires qui m’amusent tout en racontant ma vie et en réglant mes comptes, elle est surtout prétexte à m’essayer à un style plus « pro », avec l’utilisation de la couleur, ce que je connais très mal pour le moment. Cette série a donc toutes les chances d’évoluer dans sa réalisation à la fois au niveau des couleurs (j’essaye de maîtriser les principes de base du coloriage sous Photoshop pour ensuite tenter de trouver mon propre style), des effets infographiques et aussi de la mise en page (la police actuelle devrait laisser place à une police 100% originale).
Pour ce qui est de l’histoire, vous remarquerez que ce premier épisode est assez vide à ce niveau et se contente de présenter les personnages principaux (d’où « jour zéro » : le premier vrai épisode sera en fait le prochain). Par la suite, chaque épisode sera indépendant des autres et aura son scenario propre (avec une chute et de l’humour pas toujours fin à la Shlorg), s’inspirant de ma modeste vie. 3 histoires sont déjà écrites et n’attendent plus qu’à être illustrées. Pour la petite histoire du titre, c’est en fait les premiers mots d’une BD rélalisée en binôme avec Patoche. Cette dernière n’a jamais eu de vrai titre et on l’appellait entre nous « a day at Moyenmoutier », je trouvais que ce nom collerait bien à une série de BD dont le thème principal était mes potes et nos bringues, tout en faisant un clin d’oeil aux vielles BD faites avec Patoche qui me font toujours pisser de rire. A bientôt donc (je l’espère en tout cas) pour le 2ème jour, moi je vais me coucher :).

adam_jour_00

« Les champignons sortent avec leur petit parapluie trop tard »

Comme le laisse présager cette sympathique citation de Jules Renard, le billet d’aujourd’hui sera dédié à mes petits amis végétaux les champignons. La pluie de ces dernières semaines conjuguée aux quelques chaleureuses éclaircies de ces derniers jours ont favorisé l’apparition des champignons dans les belles forêts de Moyenmoutier. J’ai donc consacré quelques heures de mon premier jour de vacances (youpie !) à accompagner mon frère et mon neveu à la cueillette de chanterelles. J’en ai rapporté quelques clichés que je tenais à partager sur ce blog.
Ca me fascine toujours de voir à quel point la nature a du talent. C’est vrai, je passe souvent des heures sur mes dessins à essayer de trouver LA bonne composition, LA bonne répartition des formes dans l’espace et LA bonne teinte, alors que cette garce de mère nature arrive à nous jeter spontanément au visage des chefs d’œuvres parfaitement construits, pour peu que l’on sache prendre le temps de la regarder. Allez, je vous laisse ces quelques échantillons choisis (des légendes seraient superflues 😉 ).

champi01 champi02 champi04 champi05
champi06 champi03 champi07 champi08

Une nuit en enfer

 

Je suis actuellement en train de commencer le troisième chapitre d’Apocalypse. Il me semble donc charitable de mettre en ligne ici le début du second chapitre. Désolé pour la longue interruption, pour me faire pardonner, j’offre, à ceux qui ne la connaissent pas, l’origine du symbole qui illustrait le billet du premier chapitre.
Chapitre II

Epuisé à force de se torturer l’esprit, Eurynome dormait dans sa modeste chambre, froidement éclairée par la lune, dont la lumière était diffusée à travers la meurtrière. Son sommeil est agité, il fronce les sourcils et ses membres font des gestes brusques tendit que sa bouche s’ouvre pour lancer un appel à l’aide dont le son ne sort pas.Le bruit de la porte principale, suivi par le son d’armes jetées à terre, réveille Eurynome. Il bondit hors du lit, ouvre légèrement sa porte et approche son œil de l’entrebâillement. Il est rassuré de voir Caym et une vingtaine de chevaliers du seigneur De Paroy rentrer au château sous une apparence humaine. Certains sont blessés, d’autres épuisés et cinq d’entre eux manquent à l’appel. Caym s’arrête devant Aubert venu à leur rencontre et cherche son souffle avant de lui résumer leur bataille.

« Ce n’était qu’un premier contact, ils n’ont pas déployé toutes leurs forces. Le pouvoir ducal a changé de camp, nous ne sommes plus en sûreté ici, il faut partir pendant qu’il en est encore temps !
– Jamais, lui répond Aubert, il nous faut plus d’hommes. J’envoi un messager chercher des alliés outre-Rhin et demain, je participerai à la bataille. Même ton jeune protégé doit combattre !
– Mais il n’est même pas encore éveillé, il vient seulement de découvrir que nous ne sommes pas humains. Tu veux le sacrifier après l’avoir apprivoisé ?
– Comme tu voudras Caym, mais sache que je me battrai jusqu’à la mort pour défendre ma forteresse. »

Caym monte sans un mot vers sa chambre d’un pas pressé, visiblement vexé par l’attitude d’Aubert. Eurynome regagne sa couche le plus doucement possible, comme pour éviter d’attirer l’attention des monstres se trouvant derrière la porte. Ces personnes qui, hier encore étaient ses compagnons, font désormais peur au jeune homme et la simple idée de devoir leur faire face le lendemain matin fait battre violement le cœur d’Eurynome.

Les bruits ont cessé dans le château. La lumière chaude du soleil levant commence à illuminer les sapins et les pierres de la forteresse. Eurynome ouvre la porte de sa chambre en prenant bien soin de ne pas la faire grincer et emprunte l’escalier qui mène à la tour ouest, celle qui est en rénovation. Une fois arrivé en haut de celle-ci, il examine le trou béant dans le toit et réfléchit à la façon dont il pourrait utiliser cet orifice pour s’échapper de ce nid de démons. Alors qu’il commence à escalader plutôt habillement les poutres enchevêtrées, une voix le fait sursauter.

 

Archives