Nom de code Câlineur

Voici ma participation aux 23H de la BD 2018.

Bilan mitigé cette année… le contrat est rempli mais le résultat ne me satisfait que moyennement. Le thème était « Attraction fatale » et la contrainte : « respecter le Bechdel Test « . Déjà, je n’étais pas trop inspiré par le sujet, ensuite la contrainte m’obligeait à dessiner des femmes, un exercice sur lequel je ne suis pas très à l’aise. Conséquence indirecte de cette contrainte : je n’ai pas utilisé de personnages que je savais dessiner par coeur (comme quand j’utilise Jules Teugnat), ce qui m’a fait perdre beaucoup de temps. J’ai également eu du mal à accoucher d’une histoire potable et, voyant le temps défiler, je me suis contenté de l’idée la moins mauvaise que j’avais eu, sans jamais y croire vraiment.

A plusieurs moments, j’ai eu envie de laisser tomber tant je n’étais pas satisfait, à la fois des gags, des personnages et du graphisme, mais le principal défi de ce genre d’événement est justement d’aller au bout, quel que soit le résultat. Avec quelques heures de recul, je me dis que j’ai eu raison de terminer, même si je ne suis pas fier de la BD en elle-même, je suis content d’être allé au bout et d’avoir vécu une nouvelle fois cette ambiance si particulière liée aux 23h.

Bref, ci-joint « Nom de code Câlineur » en haute résolution, la version « officielle » (en 800×600 avec les fautes liées à la fatigue  ^^) est disponible en cliquant ici. Vivement l’édition 2019 et rendez-vous pour la version soft, les 25H de la BD, en novembre !

Share Button

Réagissez

Archives